Conférence de Nestor Ponce

Vendredi 11 mars 2016 – CDI

Vendredi 11 mars, des élèves d’espagnol de premières L et de terminale de l’option euro et Littérature Étrangère ont assisté à la conférence de l’auteur argentin Nestor Ponce à l’occasion de la parution de son recueil de poésies traduit en français : Desapariencia no engaña – Désapparences 2013; éd. bilingue français / espagnol; traduit par Monique Roumette; illustrations de Guillermo Nuñez

Né à La Plata, Nestor Ponce réside en France depuis 1979. Il est actuellement professeur de Littératures et Civilisations hispano-américaines à l’Université de Rennes II.

Devenir écrivain

Nestor Ponce nous a tout d’abord raconté, au travers de différentes anecdotes personnelles,  la naissance de son désir de devenir écrivain et a partagé avec nos élèves son goût prononcé pour tous types de lectures dès le plus jeune âge, et notamment les romans d’aventures qu’il lisait la nuit dans son lit en cachette de sa maman qui lui demandait d’éteindre trop tôt à son goût !

L’envie d’écrire a toujours été très présente et s’est accentuée au fil de son parcours scolaire et s’est encore accentuée à son entrée à l’université de Lettres.

Le livre : Desapariencia no engaña (Désapparences)

Nestor Ponce nous a expliqué l’origine de ce néologisme “Desapariencia” (désapparence).

Il nous faut penser au dicton : las apariencias engañan (les apparences sont trompeuses).

A travers son livre, il souhaite insister sur ce devoir de mémoire. La disparition de chaque victime de la dictature argentine de Jorge Videla (1976 – 1983) doit être rappelée.

Il a souligné le rôle important de las Madres de la Plaza de Mayo et de leur association qui continuent à rechercher les familles de ces “bébés volés” lors des détentions.

Il nous a également livré un témoignage émouvant quant à sa situation lors des terribles arrestations de la dictature. Il se considère en effet comme un survivant et nous a expliqué qu’il avait échappé de justesse à une arrestation dont l’issue aurait été fatale. C’est là une des raisons de son départ d’Argentine en 1978. Certains de ses amis en revanche n’ont pas eu cette opportunité.

Ainsi, au début de chaque poème, Nestor Ponce donne une épigraphe : une date et un lieu, c’est-à-dire l’un des centres de détention clandestins de la dictature militaire. Il donne alors une voix à toutes ces personnes si différentes, du bébé encore dans le ventre de sa maman au vieux monsieur de 87 ans qui ont souffert d’un si terrible destin.

La présentation a été suivie d’un échange avec l’auteur. Nos élèves ont ainsi voulu connaître les écrivains préférés de Nestor Ponce ou encore pourquoi il avait choisi la France.

« Desapariencia no engaña » (Désapparences), fiction poétique, se trouve au CDI. Vous pouvez également consulter l’exposition réalisée par les élèves de Premières sur l’Argentine.

Merci à Colette LEVIEL pour son accueil au CDI.

Si vous souhaitez mieux connaître l’auteur, voici des liens intéressants :

http://www.nestorponce.com/

https://www.youtube.com/watch?v=L9ZTOuWwhBU (entrevista sobre “Desapariencia no engaña)

https://www.youtube.com/watch?v=eeoHWw-ifmM (Toda la ceguera del mundo)

Les professeurs d’espagnol : Caroline COUTON & Fabienne PAUL

Avec le soutien de l’association LEAR (Lire et Ecrire à La Rochelle)

Posted in CDI, Espagnol.

Laisser un commentaire