Raffaello : notre assistant bien aimé.

Octobre 2017 : visite de l’Ile d’Aix avec Raffaello, Annarita e Mariantonietta lors de l’échange entre Italie et France.

 

Cette année scolaire, et pour la première fois, j’ai la possibilité et la chance et la joie même, de travailler avec un assistant de langue vivante en italien. Cela faisait quinze années que je le demandais….Et le voilà! Merci Madame Carayon, mon inspectrice d’italien.

Il s’appelle Raffaello Nusco et il vient de Naples, vous savez, la divine ville à côté de Pompéi, sur la Côte amalfitaine, en face des Iles Capri, Ischia e Procida. Il a toujours pleins d’idées pour les élèves et arrivent à les intéresser grâce à sa manière de faire. Il aime les élèves, il aime son pays passionnément, il est musicien et plein d’humour et de bienveillance.

Cependant, je dois vous avouer que lorsque les élèves me disent en entrant dans la classe d’italien, »Madaaaaame, il est lààààà Raffaello? »…. »Non, désolée, il faut le partager avec plusieurs lycées, je vous l’ai déjà  dit, les filles… », mon égo en prend un coup! Trêve de plaisanteries, nous faisons un beau duo, permettant aux élèves de varier les enseignements, les accents et les savoirs-faire. Ils peuvent ainsi travailler davantage leur vocabulaire, leur écoute et leur expression orale.

Les photos ont été prises à Aix, lors du dernier échange avec des italiens du Sud, venant de la Puglia, dans le talon de la  botte italienne. Nous avions pris le bateau avec les vingt italiennes et leurs professeurs, ainsi que Raffaello et moi, Anna Bresciani. Ce fut une splendide journée, grâce au soleil, à une île redevenue vierge de tout touriste. Le silence de la mer et de la Nature nous a tous ressourcés de notre visite de la veille à Bordeaux. Nous sommes allés visiter le musée Napoléon, qui est charmant et les conservateurs nous ont gentiment offert un guidage gratuit. Nous avons regardé l’artisanat à base de coquillages et de nacre.

On a souvent pu remarquer avec les élèves français, que les entreprises italiennes étaient familiales: les pères, mères, fils, filles travaillent ensemble et se passent le flambeau de la tradition et de l’expérience. C’est la même chose avec mes collègues italiennes ainsi qu’avec Raffaello: la sensation de nous connaître déjà, d’avoir vécu des choses similaires…Lorsque c’est ainsi, c’est bien au-delà de la collaboration pour le travail, et c’est là que nous transmettons ce qui manque parfois à nos élèves, des valeurs humanistes, des référents adultes sereins.

A.Bresciani, pour le lycée Saint-Exupéry.

Posted in Italien and tagged , , , , .

Laisser un commentaire