Rencontres d’auteurs : Didier Daeninckx et Virginie Carton au lycée

Cette année, avec le concours de l’association LEAR  (lire et écrire à La Rochelle), deux écrivains ont été invités à rencontrer nos élèves au sein du lycée.

L’auteur Didier Daeninckx est venu en janvier 2018 à La Rochelle. Avant d’être écrivain, Didier Daeninckx a exercé pendant une quinzaine d’années les métiers d’ouvrier imprimeur, animateur culturel et journaliste localier. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire. Il a depuis fait paraître une trentaine de titres qui confirment une volonté d’ancrer les intrigues du roman noir dans la réalité sociale et politique. Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse…), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre. Didier Daeninckx a reçu le prix Goncourt de la Nouvelle 2012 pour L’Espoir en contrebande, un recueil de vingt-six nouvelles.

Lors de sa venue au lycée, il a rencontré une classe de seconde avec Mme Renaut et une classe de 1ère STMG avec Mme Hromadova.

En amont de la rencontre, Mme Renaut et ses élèves de seconde ont travaillé sur son recueil de nouvelles : L’espoir en contrebande, ils ont été amenés à réfléchir sur le réalisme des textes et la morale des histoires, intrigués, les élèves ont élaboré des questions très précises sur les nouvelles ! (Notamment sur la fin ou les chutes).

Mme Hromadova et sa classe de 1ère STMG ont lu  Cannibale et préparé des questions à poser à l’auteur, ils ont également effectué des recherches biographiques.

Didier Daeninckx

Lors de la rencontre, les élèves de seconde ont apprécié d’avoir l’auteur en « chair et en os » pour pouvoir lui poser des questions très précises sur ses nouvelles, quelques doutes ont été levés !
Les élèves de STMG ont montré de l’attention et de l’intérêt pour cet auteur. Dans l’ensemble, nos élèves se sont montrés attentifs, ils ont été étonnés de la simplicité de l’homme, d’une part, et de l’autre d’avoir perçu une image très concrète de la réalité du travail d’écrivain.

 

La rencontre avec Virginie Carton, organisée par Mme Hromadova enseignante de Lettres, s’est déroulée au CDI en mars 2018 avec les élèves de 1ère ES et un groupe de seconde en « littérature et société »
Virginie Carton est une romancière française. Sa première fiction Des amours dérisoires a été publié en 2012. Son deuxième roman La blancheur qu’on croyait éternelle a reçu le prix du roman français Confidentielles en 2014. Son troisième roman s’intitule La veillée, il est paru en 2016.

Virginie Carton

Avant la rencontre, les élèves ont lu le roman La Blancheur qu’on croyait éternelle et ont mené une réflexion sur le message du livre (nostalgie d’une époque passée, solitude contemporaine…) et sur les procédés d’écriture (double point de vue, analepse, livre conçu comme un film…). Ils ont aussi préparé des questions à poser à l’auteur et effectué des recherches biographiques.
Tout au long de l’échange, les élèves ont trouvé l’auteur clair et agréable. Ils ont aimé les confidences sur son métier de journaliste, sur sa famille et sur son prochain livre. L’auteur a été très pédagogue et bienveillant vis-à-vis des élèves. Virginie Carton a su se mettre à leur place, notamment parce que ses enfants sont du même âge que les lycéens.
Par la suite, les élèves ont effectué un compte rendu de la rencontre.

Avec le soutien de la région Nouvelle-Aquitaine

 

Posted in CDI, Français.

Laisser un commentaire